…et autres bêtes.

Fragile mais plein d’énergie ce bébé escargot a arpenté longuement les feuilles de l’aralia avant de tirer sa révérence et s’enfermer dans sa coquille protectrice.

Bien caché…

Agrion élégant, libellule, demoiselle… elles attirent par leur grâce, leur vol rapide ou stationnaire. Bleues, jaunes, rouges, vertes elles savent pourtant rester discrètes parmi les herbes et les roseaux.

L’argus bleu ou azuré est un petit papillon d’à peu prêt 3cm. Il a eu la gentillesse de poser quelques brefs instants le temps de butiner ou se reposer. Mais ses arrêts ne durent jamais bien longtemps.

Le piéride du navet est là délicatement posé sur une feuille de lierre. On passerait presque sans le voir.

Le Brun des pélargoniums joue les élégantes malgré son appellation pas très poétique.

Jiminy criquet pose quelques instant.

La Leptophye ponctuée, une espèce de sauterelle, passe de l’état de nymphe à sa forme adulte. Et quelle chance de le retrouver plus tard à se prélasser sur les fusains!

La Cicadelle du rhododendron, d’abord larve et verdâtre, développe ses ailes turquoises et se pare de rayures orangées.

Quoi de mieux qu’une montre ou un doigt comme terrain de jeu.

On le voit à peine pourtant le puceron vert du rosier a un appétit féroce.

Papillon Robert le diable, coloré sur le dessus, brun sur le dessous pour se confondre avec les feuilles mortes prend son envol et disparait.

L’araignée courge, l’Anthrène du bouillon blanc, la piéride de la rave et les curieux calandres des grains animent le jardin de leur ballet alimentaire.

Les minuscules fourmis à la recherche de plus petits qu’elles vont et viennent sur les hémérocalles.

Le gendarme dans son uniforme rigoureux sillonne le jardin à la recherche de proies.

Guêpes, abeilles, bourdons butinent inlassablement.

Les escargots tracent de scintillants rubans témoins de leur parcours.

Les acrobaties d’une coccinelle sur un minuscule champignon plus robuste qu’il n’y parait.